5 sept. 2017

Improbables dialogues

Un des exercices des ateliers d'écriture est de s'entraîner au dialogue.
Rébarbatif ?
Pas tant que ça.

Ca pour forcer la chose, booster son imaginaire et se faire plaisir, il est très amusant de créer ce que j'appelle les improbables dialogues.

Comment faire ?
On tire au sort deux objets : soit ils n'ont rien à voir l'un avec l'autre, soit un peu, soit complètement mais dans un contexte saugrenu... et on les fait dialoguer.




Que diriez-vous de faire dialoguer un cochon et un vélo, un marteau et un clou, une planète et une étoile, un ventilateur et une paire de lunettes, une robe et un pantalon, un avocat et un kiwi, une poupée qui parle et un téléphone portable, une balayette à toilettes et un extra-terrestre ? ... (ou bien un marteau et une robe, une balayette et un avocat, un cochon et un clou...)

Si cela vous tente, vous pouvez faire l'expérience. Ca donne souvent des résultats incroyables, drôles, absurdes... et toujours terriblement créatifs !


En voici un petit exemple, que je me suis amusée à créer :




 Improbable dialogue
L'index et le majeur


Une salle de classe.
L'index : Garde à vous !
Le majeur : V'là qu'il remet ça ! Eh ! On t'a déjà dit que quand la maîtresse pose une question, c'est à toi de te dresser.
L'index : Vous pourriez me filer un coup de main, les gars, ce serait sympa de votre part ! Je fatigue, moi !
Tous les doigts se lèvent.
Le majeur : Et voilà, je te l'avais dit, la maîtresse a répondu qu'elle n'était pas une serveuse de bar !
L'index : Est-ce que l'auriculaire ne pourrait pas prendre ma place, pour une fois ?
L'auriculaire se lève.
Le majeur : Et voilà ! La maîtresse a dit qu'on n'était pas en train de tourner un film de science-fiction !
L'index : Eh ! Le gros, là ! Oui, toi ! Qu'est même pas aligné avec nous ! Tu pourrais y mettre du tien !
Le pouce se lève.
Le majeur : Et voilà ! La maîtresse dit qu'on ne fait pas d'auto-stop en classe !
L'index : Franchement, vous ne m'êtes pas d'un grand secours, les gars ! Mais dis-moi, toi, le majeur, t'es un beau parleur, mais serais-tu seulement capable de te lever à ma place.
Le majeur se lève.
L'index : Et là, qu'est ce qu'elle a dit la maîtresse ?
Le majeur : Tais-toi, et copie la punition !


☝☝☝


Allez ! A VOUS ! (chez vous, ci-dessous, en MP... comme vous voulez ! Mais faites-vous PLAI-SIR !)

7 commentaires:

  1. Dans une cuisine, sur l’évier.
    - Hello, dit la brosse, vous êtes qui ?
    - comment ça, je suis qui ? Avocat mon gars !
    - Robe foncée, bien mûr. Barreau de Paris ?
    - Non ! Barreau du Guacamole ! On s’est déjà rencontrés ?
    - Sans doute ! Je suis brosse à vaisselle. Petit boulot.
    - Il n’y a pas de petit boulot ! Ne vous sous-estimez pas !
    - Facile ! Vous avez vu ma tête ? Je suis hirsute et il me manque des poils et… Je dois être recyclée prochainement.
    - C’est-à-dire ? demanda l’avocat au ventre rond.
    - Recyclée, déclassée, destituée. Je suis mutée aux toilettes. « ça suffira bien pour gratter le fond » qu’elle a dit !
    - Je ne laisserai pas faire ça, je peux vous défendre.
    Une main saisit l’avocat pour le peler.
    - Encore un avocat véreux, dit la brosse ! J’aurais dû m’en douter !

    RépondreSupprimer
  2. Un cornichon et un tranche de roti de porc se retrouvent dans une assiette :
    C : Tu as vu ces trucs menaçants qui s'agitent au dessus de nous ?
    P : oui... je suis très inquiète. Et il n'y a rien d'autre pour faire diversion, pas la moindre petite goutte de mayonnaise, de sauce ou de purée.
    C : ça craint... Encore moi, je peux me débattre, m'endurcir, rouler sur le coté et les décourager. Mais toi, si plate, comme échouée au fond de l'assiette, comment vas-tu faire ?
    P : Je ne sais pas. L'idée de finir dans le noir, broyée menu me déprime. Ceci dit, tant qu'ils font du bruit, je suis tranquille, rien ne peux m'arriver. Tiens regarde, il est tellement pris qu'il repose les trucs dans l'assiette. Oufff, un instant de répit.
    (...)
    C : mais que se passe-t-il ? tu sens le tangage et le roulis ??? j'ai mal au coeuuuuur !
    T : ah oui, j'ai comme la sensation de voler... on est en train de se faire enlever !!!!!
    C : tu vois le paysage qui défile ?
    T : non , c'est bas de plafond et blanchâtre de mon coté. Raconte !
    C : Ce que je vois est plutot chicos pour le moment : des dorures, des lustres tendance... ah ça change. tout est devenu blanc, en carrelage. ça penche, je rooooooule ! adieu !
    T : je glisse aussiiiiiiiiiiii. Adieu. On s'en ai payé une belle tranche finalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Félicitations, miss "anonyme" (qui ne l'est pas tant que ça ;-) !)
      J'espère pouvoir te lire encore !

      Supprimer
    2. donne un idée et si j'ai le temps, hop hop hop. je m'a bien amusé

      Supprimer
    3. PS : via FB de préférence...

      Supprimer
    4. OK ! Je t'en trouve d'autres ;-)
      Que penserais-tu du marteau et du clou ?

      Supprimer