23 mars 2015

Conte du Vietnam

Ce conte du Vietnam n'est pas de moi, mais je le trouve fabuleux... et j'aime tellement les chats, que je voulais le partager avec vous.
J'en profite pour vous présenter ma Fanchette, mon chat à moi, qui selon l'humeur m'inspire, me calme ou... se couche sur mes bras tandis que j'écris... :-D

Bonne lecture



Le chat
 
Il était une fois un mandarin qui possédait un chat et l’aimait énormément. Il en était si fier, il le trouvait si extraordinaire qu’il décida de le nommer “Ciel”.
- Mon chat est si précieux et unique que le nom «Chat» ne lui convient pas. Il n’y a que le ciel qui soit à sa mesure, puisque rien n’est comparable au ciel.
Or, un jour, un ami lui dit :
- Permettez-moi de vous faire remarquer qu’il a une chose plus puissante que le ciel, ce sont les nuages, puisque les nuages peuvent envahir le ciel.
- Vous avez raison, répondit le mandarin. Et je vous remercie de cette remarque pleine de sens. Je vais désormais nommer mon chat “Nuage”.
Quelque temps après, un autre mandarin vint prendre le thé à la maison.
- Comment, s’écria-t-il, vous appelez “Nuage” ce magnifique animal ? Mais il existe une chose bien plus forte que les nuages : c’est le vent qui les chasse.
Dès lors, son maître nomma “Vent” le bel animal.
Une semaine ne s’était pas écoulée que le maire de la ville, invité chez le mandarin, aperçut le précieux animal.
- “Vent”, dit-il, c’est un nom bien indigne. Le vent trouve facilement son maître puisqu’un mur peut l’arrêter.
- En effet, répondit le propriétaire du chat. Désormais, mon animal s’appellera “Mur”.
Un peu plus tard, un étudiant qui travaillait chez le mandarin fit remarquer respectueusement au seigneur qu’une souris était capable de vaincre le mur.
- Cher maître, si je puis me permettre, il semble bien qu’une simple souris peut venir à bout de n’importe quel mur. Elle le mine en perçant des trous. Aussi petite soit-elle, elle est capable de grande chose puisqu’elle l’affaiblit et le détruit petit à petit.
- C’est vrai, reconnut le mandarin. Je vais donc appeler mon magnifique chat “Souris”.
Vint alors à passer le petit garçon du jardinier.
- “Souris” ! s’écria-t-il en éclatant de rire. Mais il y a quelqu’un de bien plus puissant que la souris, c’est le chat qui l’attrape et la mange !
Le mandarin comprit alors sa vanité.
Désormais, il nomma l’animal tout simplement : “Chat”.


Fanchette

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire